samedi 18 juin 2016

Thalia a deux châteaux... mes enfants aussi!

Quand j'ai écrit l'histoire de Thalia qui vivait la réalité de la garde partagée, avec un château à un bout de la plage avec sa maman et un autre à l'autre bout avec son papa, j'étais loin de me douter que mes enfants vivraient cette réalité quelques années plus tard.
Comme le disait le fils de Claudette Guilmaine, une travailleuse sociale, médiatrice et auteure de nombreux livres sur le sujet, la garde partagée, "c'est le meilleur qui peut arriver dans le pire".
Au moment de notre séparation, il y a près de 2 ans, c'était clair que la garde partagée serait le choix qu'on privilégierait leur papa et moi. Il était très impliqué auprès d'eux depuis leur naissance. Nos enfants avaient un super lien avec leurs deux parents. On ne s'est même pas posé la question, ça allait de soi.
N'empêche que le premier sentiment que ça m'a fait vivre comme maman, c'est que j'allais manquer la moitié de la vie de mes enfants.
Puis je suis retournée lire l'histoire de "Thalia et ses deux châteaux"* que j'avais écrite quelque part en 2010 pour mon recueil Allégories pour les petits et grands défis de la vie, et ça m'a apaisée. Non, je ne manquerais pas la moitié de la vie de mes enfants. Ils étaient toujours présents en moi, comme moi en eux, même si physiquement, je n'étais pas dans leur quotidien. Des dessins affichés sur le frigo et les babillards dans notre "château", des photos d'eux partout, un cahier et des crayons pas rangés sur la table du salon, me rappellent tous les jours que mes enfants font partie de mon quotidien, même quand ils n'y sont pas.
Oui, on s'ennuie les uns des autres, oui, les câlins de mon Petit Loup et les jasettes d'avant le dodo avec ma grande Choupinette me manquent durant ma semaine en solo, mais comme ils sont grands, on a trouvé des moyens de garder contact. Plus souvent par textos que par téléphone. Messages qui sont autant de petites étoiles dans mon cœur que celle que Thalia regarde tous les soirs dans le ciel pour se rappeler que son papa ou sa maman regarde la même en pensant à elle.
Même lune, même soleil, mêmes étoiles mes petits amours! Je suis toujours là...




Illustration de Nadia Berghella. Tous droits réservés.