jeudi 31 mars 2011

Il était une fois...

Par un beau jour d'été, une minuscule chenille décida de se poser sur la tige d'une fleur pour tisser son cocon. À travers lui, elle sentait les rayons du soleil lui apporter chaleur et réconfort. Et lors des journées plus froides de l'automne et de l'hiver, les feuilles de la fleur sur laquelle elle avait élu domicile se refermaient délicatement sur elle pour la protéger du vent et des intempéries. Elle passa ainsi tout l'hiver, bien emmaillotée dans son petit cocon.

Un matin de printemps, elle ouvrit les yeux et sentit qu'elle avait besoin de s'étirer, comme jamais elle ne l'avait ressenti auparavant... En le faisant, elle perça son cocon et constata qu'elle avait maintenant de magnifiques ailes sur son dos. Elle s'était tout doucement transformée en un superbe papillon qui allait, au fil du temps, colorer la vie de tout ceux qui l'entouraient!

------------------------------

Merci Ariane d'être entrée dans notre vie il y a 8 ans. Merci d'être ce que tu es. Une petite fille douce, attentionnée, créative et lumineuse. Tu as fait de ton papa et moi des parents, tu as fait de nous une famille, tu es une grande soeur formidable et tu fais notre bonheur à tous! Bonne fête ma grande!

samedi 26 mars 2011

Une image vaut mille mots...

Les allégories que j'ai écrites ne seraient pas ce qu'elles sont sans le coup de crayon magique de Nadia Berghella qui en est l'illustratrice. Invariablement, le premier commentaire que j'ai à propos de mon livre est: "Qu'il est beau!". Et c'est vrai que c'est la première chose qu'on remarque d'un livre, les illustrations (et surtout la page couverture!) et ce, bien avant qu'on ait le temps de s'attarder à son contenu.

C'est aussi ce qui attire les enfants, qui veulent voir à quoi ressemble le ou les personnages de l'histoire qu'ils lisent ou se font lire, question de mieux les connaître. Pour mon fils de 6 ans, les illustrations sont encore indispensables à son intérêt pour un livre. Impossible que je lui lise une histoire sans que je lui montre, à chaque page, les images sur lesquelles il s'attarde longuement en questionnant. Ma fille de 8 ans, qui s'initie tout doucement aux premiers romans, est tout de même attirée par une page couverture représentative de l'histoire qu'elle lira et elle apprécie encore beaucoup les illustrations intérieures qui viennent ajouter une petite touche concrète à l'histoire.

Le métier d'illustratrice est tout un défi! On doit se mettre dans les souliers de l'auteur, entrer dans son univers, s'imprégner de son histoire et tenter d'interpréter de la façon la plus juste possible l'image qu'on se fait des personnages qui la composent. Je me rappelle avoir ressenti un mélange d'angoisse et d'excitation en ouvrant les premiers fichiers d'illustrations de mes personnages. Ils m'habitaient depuis si longtemps, seraient-ils comme je les avais imaginé? En fait, je fus immensément émue de les découvrir. Comme si j'asssitais en quelque sorte à leur naissance... sur papier. 

Alors un gros MERCI à Nadia Berghella, cette artiste de grand talent qui a donné vie à mes petits personnages pour les rendre plus vrais que nature. Ça et là dans ce message, vous pouvez voir quelques-unes de ses créations.

mardi 22 mars 2011

L'allégorie de PetitLoup

Mon fils a vécu un petit moment difficile il y a quelques semaines. Il a appris qu'il devrait porter des lunettes. Bon, il y a pire que ça dans la vie vous me direz, mais pour lui, à 5 ans, c'était tout un drame. Il n'y voyait que le côté sombre: se retrouver le seul de sa classe à avoir des lunettes, avoir peur de se faire regarder par tous et faire rire de lui. C'était vraiment difficile à accepter pour lui. On a donc travaillé sur une allégorie ensemble pour l'aider à se sentir mieux face à ce changement... Des idées venues uniquement de lui, mais que j'ai aidé à construire en phrases pour en faire une histoire qui se tienne. Je peux vous dire qu'il était tellement fier de son histoire (qu'il a d'ailleurs illustrée en entier avec Powerpoint!), et d'avoir trouvé une solution pour accepter ses lunettes (c'est-à-dire de les choisir les plus belles possibles pour les aimer!) que le drame s'est dissipé en peu de temps. La journée où nous sommes allés chercher ses lunettes, il était tout sourire en sortant de chez l'optométriste.

Voici donc notre création, ainsi qu'une de ses illustrations, qu'on vous partage.

La petite taupe qui ne voyait pas bien
Tulipe était une petite taupe très gentille. Quand sa maîtresse lui demandait de lire un livre, elle ne voyait pas bien les mots.
Tulipe se sentait triste parce qu’elle ne pouvait pas lire comme ses amis.
Elle a parlé de sa peine à sa maman et son papa. Ils l’ont emmené voir un docteur pour les yeux.
Le docteur a regardé ses yeux. Il lui a dit de ne pas bouger. Il lui a demandé de regarder des lettres et des images au mur.
Il lui a dit: « Oh! Tes yeux sont faibles! ». Il lui a proposé de mettre des lunettes. Tulipe n’avait pas envie d’avoir des lunettes. Elle avait peur que ses amis rient d’elle.
Pendant que le docteur parlait avec papa et maman, une petite souris sortit d’un trou derrière la chaise du docteur et lui dit: « J’en ai vu plein des enfants qui portent des lunettes et ils sont heureux de bien voir. En plus, regarde les lunettes sont très jolies! »
Tulipe a choisi des lunettes très jolies. Elles étaient roses. Sa maman et son papa lui ont achetées.
Tulipe est retournée en classe avec ses nouvelles lunettes et maintenant elle voyait bien les mots dans les livres. Et ses amis trouvaient ses lunettes très belles.
Tulipe se sentait bien et elle était heureuse avec ses lunettes roses!

vendredi 18 mars 2011

Mes allégories préférées

Bien sûr, pour avoir eu le goût d'écrire des allégories, il y en a qui m'ont marquées, qui sont venues m'aider à dénouer des noeuds dans ma vie. Les plus significatives pour moi sont sans contredit Le Petit Prince de Saint-Exupéry et L'Alchimiste de Paulo Coelho. Les deux ont leur lot de citations qui viennent faire écho à des éléments de mon vécu personnel... Telles que la très connue: "C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante" (Saint-Exupéry) et qui a teinté bien des relations d'amour et d'amitié que j'ai vécues.

Mais celle qui a le plus rejoint l'intervenante en moi est une longue allégorie de 171 épisodes: la série télévisée pour enfants, Cornemuse. Une émission sur laquelle des pédo-psychiatres de l’Hôpital Sainte-Justine et autres spécialistes de l'enfance se sont penchés pour créer un univers parallèle, avec des "enfanimaux" vivant tous des réalités familiales et des défis personnels différents, et  auquel les enfants peuvent s'identifier. Tout comme dans l'allégorie, lorsqu'un enfant vit une peine ou une difficulté, un petit personnage imaginaire, Zozo dans le cas de cette émission, est présent pour lui et peut l'accompagner dans l’Île aux rêves, qui représente en quelque sorte les ressources intérieures de l'enfant. À chaque fois que j'en regarde un épisode, je salue le génie des concepteurs de cette magnifique émission qui a conquis le coeur des enfants.

Et comme Paulo Coelho le disait si bien dans l'Alchimiste: "Il n'y a qu'une chose qui puisse rendre un rêve impossible, c'est la peur d'échouer", j'ose timidement vous partager un rêve secret que j'aimerais bien concrétiser un jour: collaborer à la conception d'une émission pour enfant. Pas de date prévue dans ma tête. Un jour, tout simplement, si l'occasion se présente, j'aimerais beaucoup. Ça doit être si stimulant de créer dans un contexte semblable où le travail de tous prend réellement vie, pour le plus grand bonheur des petits. Ça vaut la peine d'en rêver, non?

dimanche 13 mars 2011

Écrire pour aider (2)

Je disais dans un message précédent que j'avais développé le désir d'écrire pour aider... Dans ce contexte, quoi de plus touchant et inspirant que de recevoir des témoignages de parents qui ont été aidés par mes écrits.

C'est ce qui m'arrive depuis quelques semaines. Des courriels. Des petits clins d'oeil sur Facebook. Un appel téléphonique hier matin. Tout ça pour me dire que mes allégories avaient rejoint et aidé leurs enfants, avaient ouvert une porte à la communication, à des solutions face aux difficultés qu'ils vivent.

De savoir que mes petits personnages - Léo, Béatrice, Rémi, Chloé et tous les autres - font partie de vos vies maintenant, je ne peux pas m'imaginer plus beau cadeau. Ce livre-là m'habite depuis si longtemps. Je suis heureuse de constater qu'il a l'impact que je souhaitais.

Et surtout, merci d'avoir pris le temps de me le dire, malgré le tourbillon du quotidien et les petits et grands défis qui jallonnent vos vies.

mercredi 9 mars 2011

Un concours en collaboration avec Yoopa

Depuis près d'un an, je collabore avec Yoopa en signant des articles pour leur magazine.

Par le biais de leur Fanpage sur Facebook, un petit concours est organisé afin de faire tirer une copie de chacun de mes livres. soit les "100 trucs pour les parents des tout-petits" (co-écrit avec Sophie Rondeau) et "Allégories pour les petits et grands défis de la vie".

Dédicace personnalisée en prime!

On participe en allant répondre à la question posée sur la Page Yoopa directement sur Facebook.

vendredi 4 mars 2011

Écrire pour aider...

On me demande souvent comment l'idée d'écrire m'est venue. En fait, je pense que l'écriture est présente dans ma vie depuis... presque toujours!

Il y a quelques années, ma mère a ressorti des boîtes de souvenirs des petits livres que je construisais moi-même, dès 7 ou 8 ans, avec des feuilles mobiles que je découpais et brochais dans les formats voulus. Aux anniversaires, aux événements spéciaux, il m'arrivait souvent d'offrir une histoire écrite dans un petit livre fait maison plutôt qu'une carte.

Puis, à l'adolescence, l'écriture est devenue plus solitaire en prenant la forme d'un journal intime, rempli de mes confidences, pensées, poèmes, gribouillis. Des écrits que j'ai longtemps pris plaisir à relire avec du recul pour mieux me comprendre...

Quelque part durant mes premières années à travailler en intervention, le goût d'écrire a pris tout doucement un nouvel angle. Je voulais écrire, oui, mais en lien avec mon travail de psychoéducatrice qui me passionnait. Écrire, pour informer. Écrire, pour aider les parents avec qui je travaillais et que je sentais parfois bien démunis face aux petits et grands défis de la vie qu'ils vivaient comme parents, que leurs enfants vivaient aussi.

Un jour, il y a près de 10 ans, je suis tombée sur un livre, Les contes de la Planète Espoir, écrit par Danielle Laporte, une psychologue dont je dévorais déjà tous les écrits. Un livre d'allégories qui se disait, et je cite: "À l'intention des enfants et des parents inquiets". Ce fut un coup de coeur instantané... Déjà que j'aimais beaucoup écrire en utilisant des images, là, le portrait était complet. Je pouvais le faire dans un but précis, aider. Une formation sur les allégories a suivi et le projet du livre a commencé à se dessiner dans mon esprit... Depuis, j'ai aussi écrit pour aider sous forme d'articles pour les parents, sous forme de "100 trucs"... mais c'est vraiment ce dernier livre, sur les Allégories, qui m'habite depuis le plus longtemps...

(Ajout, avril 2012) Maintenant, Petit Loup se joint aussi à cette belle aventure d'histoires pour aider les enfants!