mercredi 20 juillet 2011

10 choses que vous ne savez (peut-être) pas sur les "Allégories..."

1. La première allégorie de ce livre, "Pénélope et le vent" a été écrite en novembre 2005. Cette histoire est inspirée de ma fille Ariane qui avait bien de la difficulté à se «poser » quelque part, curieuse de vouloir tout voir, tout apprendre.


2. C'est mon amie et auteure Nadine Descheneaux qui m'a encouragée à envoyer mes trois premières histoires à des maisons d'édition en 2007. Elle a aussi été une lectrice assidue, une "testeuse" d’allégories avec ses propres enfants afin de vérifier leur niveau de compréhension. Bref, elle a été d’un grand support dans toute cette aventure et m'a donné l'énergie qu'il me fallait pour que je fonce.


3. Au départ, j’avais imaginé une petite série de livres, chacun abordant un thème différent. C'est lorsque l'idée d'un recueil a germé que la partie plus "pédagogique" s'est imposée d'elle-même. Ça en faisait ainsi un outil complet pour les parents et intervenants.


4. Le premier titre de mon livre était "Petites histoires pour devenir grand" mais malheureusement, quelqu'un avait eu cette magnifique idée avant moi. Maintenant, avec du recul, je n'imaginerais plus mon livre avec un autre titre que celui qu'il a. Il lui colle à la peau! 


5. La première version du recueil d'allégories comprenait 10 histoires. Lorsque les éditions de Mortagne m'ont dit qu'elles souhaiteraient que plus de sujets soient abordés, elles ont joyeusement rassemblé les mamans de l'équipe pour faire un "brainstorming" de suggestions de thèmes. Très apprécié!


6. C'est une amie, Anita Huber, qui a immortalisé ma binette pour la quatrième couverture. C'est aussi elle qui m'a suggéré d'écrire une allégorie sur une enfant, comme la sienne, qui devait accepter le fait qu'elle n'aurait pas de frère ou de soeur. Deux autres amies, une qui est enfant unique, une ayant une enfant unique, m'ont aussi aidée à trouver l'essence de ce qui allait devenir l'histoire de "Béatrice voudrait une petite soeur". 


7. Les deux histoires qui ont été les plus difficiles à écrire, puisqu'elles touchaient des thèmes plus délicats et sensibles, sont: "Thalia et ses deux châteaux" qui aborde la séparation des parents et la garde partagée et "Le grand-papa de Coralie est mort" qui aborde, bien entendu, le deuil d'un grand-parent. 


8. À l'instar des premiers personnages de Walt-Disney et de la collection de livres des amis de Gilda la Girafe (Lucie Papineau), les personnages de mes allégories portent tous des prénoms qui commencent par la même lettre que ce qu'ils sont, sauf un seul. Parce que mon fils tenait absolument à avoir une souris qui s'appelait Lili, la souris de mon histoire s'appelle Lili-Sophie, plutôt que le prénom Sophie prévu au départ. Eh oui, car la majorité des prénoms de mes personnages ont été trouvés par mes enfants. Qui se sont fait un immense plaisir de jouer avec les sons pour trouver un prénom qui commence par la bonne lettre pour chacun!


9. Dans les histoires de "Hugo a peur de tout" et "Luka "là-maintenant-tout-de-suite", je me suis amusée, en plus, à nommer les amis des personnages principaux avec des prénoms qui se terminaient par le même son que ce qu'ils sont (Myrtille la chenille, Manu la tortue, Djembé le chimpanzé). Je n'ai pas fait l'exercice pour toutes les histoires par contre. Mais celles-ci s'y prêtaient bien!


10. J'ai déjà des idées en tête pour un deuxième (et peut-être un troisième) livre d'allégories. Plein d'idées de thèmes pour faire un tome deux semblable au premier, mais une autre idée aussi qui irait dans un sens différent. Motus et bouche cousue pour le moment. Et... à suivre!

2 commentaires:

  1. Deux petites histoires qui m'aideraient en ce moment:
    les pipis au lit et la mort d'un animal de compagnie ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Merci Julie pour les suggestions, c'est noté! Par contre, pas d'écriture concrète d'un tome 2 pour le moment. Juste des idées en ébullition dans ma petite tête! ;) faut que ça mijote un bout avant que je me lance!

    RépondreSupprimer